La passion selon Faustine

Faustine, c’est une chanteuse entourée d’une très grande bande : Julie au violon, Marion et son violoncelle, Théo à la guitare et Clément aux percussions. La plupart du temps, elle ne joue qu’en guitare-voix, comme c’est le cas dans le métro, ou à trois avec les percussions sur scène. Sa musique a des accents de jazz manouche, et ses compositions rappellent l’influence des chansons françaises à texte avec lesquelles elle a grandi : Barbara, Maxime Le Forestier, Brel, ou encore Brassens. Ses textes sont à plusieurs sens, que chacun peut interpréter à son goût, mais ils suscitent toujours une émotion. "J’écris les textes, et je co-compose avec mon guitariste", précise-t-elle. "Je crée ma mélodie à partir de mes textes, et il trouve les accords. Chacun y met ce qu’il veut parce que le texte laisse de la place à l’interprétation." Le tout est saupoudré d’une énergie démesurée, issue de son parcours artistique.

Artiste complète, Faustine multiplie les scènes, des planches jusqu’au couloir de la ligne 7. Sa vocation naît dès son plus jeune âge. A 6 ans, l’âge où les petites filles de son époque découvraient les Polly Pocket, elle entre au conservatoire de Nîmes avec l’envie d’apprendre le violon. Elle se tourne vers l’alto, mais son attrait pour la chanson se confirme : "J’ai continué l’alto pendant des années, mais je savais que je voulais pas en faire mon métier. Moi ce que je voulais, c’était le chant."



Adolescente, elle assiste au Festival des Arènes de Nîmes avec sur scène, M. Ce sera la révélation : "Quand je l’ai vu dégager autant d’énergie et prendre autant de plaisir sur scène, j’ai su que c’était ce que je voulais faire de ma vie", affirme la jeune femme. Elle poursuivra la direction des arts scéniques après le Bac, en arrivant sur Paris, dans un école professionnelle mêlant chant, théâtre et danse.

Faustine admet que le théâtre joue une place importante dans son parcours artistique. "J’aimerais bien jouer un monologue de femme, écrit par une femme. Julie, ma violoniste, pourrait me mettre en scène". Mais la musique garde une place primordiale dans son univers. Un EP est programmé pour la rentrée, et le clip de son dernier titre est déjà disponible. "J’ai un tourneur dans le Sud. C’est super, ça me permet d’avoir des dates", nous confie la chanteuse. Ce tourneur, elle a eu la chance de le rencontrer grâce au tremplin de la Bourse des Jeunes Talents, à Nîmes. Il lui permet de développer une première communauté de fans de manière locale. " Mais j’aimerais bien réussir à creuser le sillon aussi à Paris et ailleurs pourquoi pas ", s'extasie Faustine. " J’aimerais que, pour les prochains mois, cet EP et le clip, me permettent d’avoir plus de visibilité, sur les réseaux sociaux entre autre. Et puis tout simplement, j’aime la scène, j’aime partager avec les gens : je veux faire des concerts. "

Dans un coin de sa tête, l’artiste conserve également l’envie de jouer avec d'autres musiciens qui l'inspirent. Elle lance un appel du pied (de micro) : "J’aimerais bien faire des premières parties, par exemple de quelqu’un comme Julien Doré, qui vient de ma région". Pour elle, les premières parties sont des éléments importants d’un concert, dans lesquelles les artistes "se renvoient l’ascenseur".

Soutenue par sa famille et ses amis, elle trouve le moyen d’impliquer toutes ses connaissances dans ses projets. Pour son clip, c’est son frère qui est réalisateur pendant que sa sœur s’occupe des costumes et des décors. Pour l’EP, c’est "un copain dont c’est le métier" qui l’a aidé à tout : production, réalisation… Malgré tout, Faustine n’oublie pas que son parcours n'est pas un exemple :  "Il y a dix mille chemins : un truc qui a marché pour moi pourrait ne pas marcher pour quelqu’un d’autre", affirme-t-elle.

"Je ne vivrai toujours que pour la passion." 


Aujourd’hui, Faustine respire et transpire cette énergie et cette passion qui l'animent : les semaines s’organisent entre le théâtre, les concerts et le métro parisien, tôt le matin station Opéra dans le couloir de la ligne 7. "On s’est posés là, et on s’est rendu compte que ça marchait bien." Elle explique qu'elle joue en fonction de son emploi du temps et de celui de son guitariste, en prenant toujours garde à ne pas surexposer sa voix. Ce sont ses parents qui lui ont fait prendre conscience de la possibilité de passer des auditions pour devenir musicienne du métro. Aujourd’hui, Faustine est satisfaite de ce choix : "Ça permet de toucher un public qui ne vient pas aux concerts, et de faire de belles rencontres", explique-t-elle. "Quand un spectateur décide de prendre la rame suivante pour rester à nous écouter, c’est gagné !" Récemment, une spectatrice s’est même arrêtée pour l’inviter à chanter à son mariage.

Pour Faustine, amoureuse de Juliette Binoche et du Patient Anglais, le plus important est de préserver la passion. "Je me demande si on ne vit pas que pour ces instants-là ! Que ce soit en amour comme dans le travail, il me semble que ces moments sont tellement fabuleux que je ne vivrai toujours que pour eux", affirme la chanteuse en souriant. L'univers musical lumineux de Faustine se crée et se construit petit à petit, en suivant le sillon des expériences vécues par la chanteuse. Cette dernière confie : "Il y a des choses qui, petit à petit, m’indiquent un chemin avec des sonorités un peu différentes. Je me laisse totalement guidée par l’instinct."



Son instinct, sa passion et le soutien familial dont elle bénéficie constituent de véritables forces, qu'elle applique aussi dans un but caritatif. Elle est impliquée dans l’association Sungu-Sungu qui vient en aide au village de Jambiani, à Zanzibar. "Notre objectif initial était d’avoir un espace pour pouvoir se faire rencontrer les différents villages, et faire des matchs de foot !", explique Faustine. La première action de l'association a été de défricher un terrain pour y faire un stade. Ils s’organisent désormais pour mettre en place des puits d’eau potable, organiser des envois de vêtements et de fournitures scolaires.

Faustine est une artiste engagée et passionnée, qui porte plusieurs casquettes. Sans cesse inspirée par de multiples formes d'art, son univers musical n'en ressort que plus riche. "Souvent on me demande ce que je préfèrerais faire, si je devais choisir. Mais je ne peux pas faire de choix !", déclare-t-elle en riant.

Retrouvez tout l'actualité musicale de Faustine sur sa page Facebook ou sur son SoundCloud !

Prochaines dates : 

7 juillet, les Jeudis de Nîmes
15 juillet, bar Le Prolé (Nîmes)

A écouter :

Arabesque




Je ne te dirai pas
(son dernier clip)
 


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 

Notre actualité Facebook

Nos derniers tweets

A propos de Mercinity Mag

Mercinity Mag, c'est le magazine en ligne qui vous guide efficacement dans votre parcours d'artiste !

Nous partageons des conseil et astuces d'experts pour booster votre carrière, et dénichons pour vous les meilleures opportunités musicales du moment. Enfin, découvrez des artistes de tous horizons, qui vous dévoilent leur univers et leur parcours - pour que l'inspiration monte ici bas !

En savoir + sur Mercinity